Pourquoi une revue de culture en Catalogne du Nord? Quelle nécessité y avait-il de créer une revue ici, faite à partir d'ici? D'abord, et dans son premier mouvement, cette “revue de culture” a pour objectif de donner voie et issue à des thèmes fondamentaux qui touchent la réalité culturelle sociale, économique de ce pays. Elle voudrait être aussi un porte-voix pour les recherches locales, croisées, interdisciplinaires ou bien thématiques.
     La Catalogne du Nord est un espace naturel qui comprend tout un territoire “afrontalier”, de Salses à Figueres, de la Cerdagne au Vallespir ou à l’Empordà. C'est, tout à la fois un espace de rencontre historique où les gens circulent et communiquent, et ne s'identifient pas en fonction de leur lieu, mais de leurs actes, selon ce qu'ils sont capables de faire et de s'offrir mutuellement, sans calculs d'intérêt. Mirmanda est la porte ouverte d'un pays qui s'exprime à travers des idées, qu'il formalise et soutient par une pensée libre et libérée.
     L'idée de créer une revue dans ces terres n'est pas neuve. Le Roussillon, le Conflent et les autres comarques du Nord catalan sont des terres de longue tradition écrite, où depuis le XIXe siècle, ont été publiées, et se publient encore, des revues de remarquables au niveau local et régional. Dans cette généalogie, c'est peut-être à La Clavellina revue littéraire du Roussillon (1896-1902) qu'il faut remonter pour rencontrer une revue qui fasse une place à la philosophie et à la réflexion esthétique. La Clavellina était une revue littéraire, et “provinciale”, comme on disait à l'époque, et ce serait une erreur que de ne pas reconnaître l'ambition intellectuelle qui s'exprimait à travers ces mots, sous prétexte qu'ils sont passés de mode. Les jeunes gens qui la dirigeaient étaient des Roussillonnais, “montés à Paris” comme le veut l'expression populaire, un “monter” qui implique toujours un “descendre”, aller et retour, va et vient d'illusions et de réflexions, jeux de miroirs entre la Terre et la Capitale, le petit et le grand, le clair et le trouble, l'enracinement et le cosmopolitisme... on peut multiplier à l'infini ces jeux d'oppositions qui ont fait la fortune du symbolisme français comme ils ont fait celle du modernisme catalan.…
     Le siècle écoulé a renversé les cartes et redistribué les mots; mais s'il nous a délivré des sortilèges de la “Race” et la “Terre”, il n'a pas aboli les tensions. Paris ou Barcelona, ou New York ou Shanghai si vous voulez, une capitale est une capitale, et loin de la capitale, tout est province, région, périphérie, peu importe le mot, il n'est question que de ce jeu de forces, de reflets, de contradictions, de frustrations, etc. qui crée le mouvement. Mirmanda a l'ambition d'être une revue “acentrique” de la Catalogne du nord. “Catalogne du nord” pour dire seulement Catalogne et Nord, pour ne pas l'enfermer dans un territoire cadastré, pour laisser ouverts les passages. Camí de Perpinyà, voilà l'adresse... Pour ne pas oublier non plus que le nord ne s'arrête pas là, pas plus que le sud à Barcelona. Pour cela Mirmanda se dit: revue de culture. Ni académique, ni locale, ni érudite, ni folklorique, etc., ni même “culturelle”. De culture. D'une culture qui s'affiche dans son acception la plus classique, la plus universalisante, la moins ethnographique.
     Si c'est une témérité, elle correspond au sentiment et à l'état d'esprit de ses promoteurs. L'impatience du “maintenant ou jamais”, qui touche chaque génération à son tour, les a réunis; ils se retrouvent dans un même élan, et dans une nouvelle manière de travailler ensemble, produit de la variété de leurs formations et de leurs trajectoires personnelles.
     Mirmanda exprime une volonté, affirmée depuis et sur ce “nord”: de le sortir des définitions strictement territoriales, d'envisager les choses, les gens, les discours, les œuvres… produits dans ce pays non pas tant sous l'angle de leur appartenance, que sous l'angle du sens qu'ils portent – non pas seulement pour nous et notre pays, mais aussi pour tout ce qui n'est pas nous ni notre pays.
     Voilà la première inquiétude qui nous a conduit sur le chemin de Mirmanda. La vieille cité mythique, pétrie de nos rêves et de nos désirs, deviendra ainsi une agora de la diversité, un emporium d'idées où les lecteurs sont invités à participer.
     La deuxième a été de rendre compte de la réalité de la recherche et de la vulgarisation culturelle dans ses langues quotidiennes, française et catalane. Le bilinguisme de Mirmanda n'obéit à aucune règle, à aucun objectif d'officialisation ou de parité: les articles paraîtront dans un langue ou dans une autre, jamais en double version. C'est cela la réalité de ce pays: la capacité à dominer deux langues, comprendre deux mondes, deux cultures, et savoir y circuler.
     Et en troisième, un pari. La revue Mirmanda se propose clairement et décidément de rassembler personnes, institutions, groupes, entités,… et, peut-être, faire émerger de la collaboration et des échanges, un projet plus large.

     Per què una revista de cultura a la Catalunya del nord? Per què calia crear una revista aquí i feta des d’aquí? En primer lloc, en el seu incipient caminar sense embuts, aquesta “revista de cultura” té com a objectiu donar veu i sortida a temes fonamentals que atenyen la realitat cultural, social o econòmica del país. Pretén ser l’altaveu també de recerques locals, creuades, interdisciplinars o temàtiques.
     La Catalunya del nord és un espai natural que comprèn tot un territori “afronterer”, de Salses a Figueres, de la Cerdanya al Vallespir o a l’Empordà. És, alhora, un espai de trobada històric on les persones intercanvien i no es fixen allà on tenen els peus, sinó en el que són capaços de fer i d’oferir-se mútuament, sense cap interès a canvi. Mirmanda és la porta oberta d’un país que s’expressa evocant idees, portant-les a terme i sostenint els pensaments lliures i alliberats.
     La idea de crear una revista en aquestes terres no és nova, ben segur. El Rosselló, el Vallespir i l’etcètera de les altres comarques del Nord català han estat territoris de llarga tradició escrita, on han estat publicades revistes des del segle XIX d’un gran ressò local i regional. En aquesta genealogia, potser cal remuntar fins a la Clavellina (1896-1902) per trobar una revista “rossellonesa” que faci un lloc a la filosofia i a la reflexió estètica. La Clavellina, revue littéraire du Roussillon era una revista literària, i “provinciana”, com es deia en aquella època, i seria un error de no reconèixer l’ambició intel•lectual que s’expressava a través d’aquells mots, sota pretext que estan passats de moda. Aquells joves que la dirigien eren “rossellonesos”, “montés à Paris” com se sol dir, un “pujar” que implica un “baixar”, anada i tornada, vaivé d’il•lusions i reflexions, jocs de miralls entre la “Terra” i “la Capitale”, el petit i el gran, el nítid i el borrós, l’arrelament i el cosmopolitisme... Se pot multiplicar fins a l’infinit els jocs d’oposicions que van fer la fortuna del simbolisme francès com la del modernisma català...
     El segle passat va capgirar els mapes i va tornar a distribuir les paraules, però si ens va deslliurar dels sortilegis de la Raça i la Terra, no va abolir les tensions. París o Barcelona –Nova York o Xangai si voleu–, una capital roman una capital, i lluny de la capital, tot esdevé província, regió, perifèria, poc ens importa el terme escollit, només es dóna aquí aquest joc de forces, reflexos, contradiccions i recances que crea el moviment. Mirmanda té l’ambició de ser una revista “acèntrica” de la Catalunya del nord. “Catalunya del nord” tan sols per dir Catalunya i Nord, per no tancar-la en un territori termenat, per deixar oberts els passos. “Camí de Perpinyà”, vet aquí l’adreça... Per no descuidar tampoc que el nord no s’atura pas aquí, com tampoc el sud a Barcelona. Per tant Mirmanda es diu: revista de cultura. Ni acadèmica, ni local, ni erudita, ni folklòrica, etc. ni tan sols “cultural”. De cultura. D’una cultura que es reivindica en l’accepció més clàssica, la més universalitzant i la menys etnogràfica.
Si és una temeritat, correspon al sentiment, l’estat d’esperit i d’ànim que comparteixen els promotors de la revista. Els ha reunit aquesta sensació generacional recurrent de l’“ara o mai”. Els mou una mateixa empenta i una manera nova de treballar, fruit del ventall de les formacions i dels camins personals.
     Aquest repte es fa del Nord estant, és una voluntat per i per a aquest Nord per tal d’extreure’l d’unes definicions massa territorials, de pensar la gent, els discursos, les obres, etc. produïts en aquest país no tant des de l’enfocament de la pertinença, sinó també des de l’angle del sentit que porten –no tan sols per nosaltres i el nostre país, sinó encara per tot allò que no és nosaltres i el nostre país.
Vet ací la primera inquietud que ens ha dut en el camí de Mirmanda. L’antiga ciutat mítica pastada dels nostres somnis i anhels serà en aquest marc una àgora de la diversitat, un empori de pensaments on s’invitaran i se podran aplegar els seus lectors.
     El segon camí ha estat reflectir la realitat de la recerca i la divulgació cultural en aquelles llengües del quotidià, català i francès. El bilingüisme de Mirmanda és heterogeni, sense cap voluntat d’oficialització ni de paritat; els articles apareixen en un o altre idioma, però no en una doble versió. La realitat del país és aquesta, la capacitat per dominar dos idiomes, comprendre dos mons, dues cultures i saber-hi navegar.
La tercera és una aposta: la revista Mirmanda es proposa clarament i concretament d’aglutinar persones, institucions, grups i entitats i, si s’escau, fer emergir un projecte més ampli de les col•laboracions i intercanvis.